Les infections d’origine hospitalière, plus connues sous le nom d’infections nosocomiales, désignent les infections contractées pendant une hospitalisation ou un traitement dans un hôpital ou d’autres environnements cliniques.

Ces infections peuvent être transmises par le personnel médical, du matériel contaminé, le linge de lit ou des particules liquides en suspension dans l’air. Les infections nosocomiales sont classées dans les catégories suivantes :

  • Infections exogènes : infections provoquées par un agent pathogène dans l’environnement du patient
  • Infections endogènes : peuvent être regroupées dans les catégories d’infections primaires et secondaires. Les infections endogènes primaires sont causées par des agents pathogènes issus de la flore même du patient. Si l’agent pathogène a pénétré la flore du patient et provoqué une infection au cours d’un traitement, il s’agit d’une infection endogène secondaire.

Les types de maladies nosocomiales les plus courantes sont les infections des voies urinaires, la septicémie causée par des cathéters veineux, la pneumonie et les infections faisant suite à une intervention chirurgicale. En ce qui concerne les infections gastro-intestinales nosocomiales, Clostridium difficile est l’agent pathogène le plus répandu. Tous les types de micro-organismes, y compris les bactéries et les champignons, sont connus pour provoquer des infections nosocomiales qui sont également difficiles à traiter, surtout lorsque les souches résistent aux antibiotiques à l’instar du staphylocoque doré résistant à la méthicilline (SDRM).

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) affirment que, chaque jour, environ un patient hospitalisé sur 25 contracte une infection liée aux soins qu’il reçoit. Selon une enquête portant sur la prévalence des maladies nosocomiales, il a été estimé que, en 2011, environ 722 000 maladies nosocomiales se sont déclarées dans les hôpitaux américains spécialisés en soins de courte durée. En outre, 75 000 patients atteints de maladies nosocomiales sont décédés pendant leur hospitalisation. En Europe, selon les estimations, deux-tiers des 25 000 décès dénombrés chaque année font suite à des infections causées par des bactéries gram-négatives.

Les principaux facteurs qui favorisent l’émergence d’infections nosocomiales incluent l’âge et l’état des patients, la connaissance des procédures d’hygiène et de prévention des infections par le personnel médical ainsi que l’organisation des hôpitaux. Les protocoles de décontamination incluent, entre autres, la stérilisation du matériel, le lavage minutieux des mains, le nettoyage à l’alcool avant et après chaque contact avec un patient ainsi que l’utilisation raisonnée des antibiotiques. Plusieurs études ont démontré que les taux d’infections nosocomiales peuvent diminuer de plus de 70 % lorsque le personnel médical est informé des problèmes d’infection et lorsque les protocoles de décontamination sont respectés.

Vous pourriez également être intéressé par

RIDA®QUICK Clostridium diff...
RIDA®QUICK Clostridium difficile GDH is an  immunochromatographic rapid test for the qualitative detection of Clostridium difficile-specific glutam...
RIDA®GENE Clostridium diffi...
For in vitro diagnostic use. RIDA®GENE Clostridium difficile is a real-time multiplex PCR for the direct, qualitative detection of Clostridium diff...
ridascreen-cryptosporidium-giardia-combi-easy-kit
RIDASCREEN® Norovirus 3rd G...
For in vitro diagnostic use. The RIDASCREEN® Norovirus 3rd Generation is a qualitative enzyme immunoassay (EIA) intended for the detection of selec...

Assistance sur le sujet des infections nosocomiales

Des questions ? Profitez de l’expertise de notre équipe. Nous sommes là pour vous aider, vous et votre entreprise, et assurer votre succès tout au long du processus de test

Start typing and press Enter to search